Papillon saoul

Paris, le 15 août, 2016

Dans un cimetière, j'ai rêvé de hier ;
des pensées décédées sous un ciel obsédé, 
Le portugais est une langue gaie, 
Borboleta, c'est un papillon de la journée

Un tas des borboletas s'appellent Nikoleta
Monsieur Con collectionne des papillons
Cioran, c'est mon talisman,
Je traine mes pieds dans l'absurdité

Papillon trempé dans la bière, 
Les Ă©claires traversent la terre
Ils font moitié prix sur les poulets rôtis
Un paysage de hier, couleur chair,

Un toboggan m'a jeté dans l'océan,,
Papillon saoul, collé sur un fond bleu,
Sans soucis, je me noie dans l'hystérie,`
Le Mal absolu nous guette partout

La Bulgarie c'est un beau pays,
Le lien avec mon patelin est tombé dans le spam,
Se voir en grand,  
comme un borboleta américain.

Soleil bleu

le 25 sept 2015

J'ai bouché un trou avec un soleil bleu,
Quand je peins, je parle Ă  Dieu,
Les gens dans la rue ont des visages bleus
J'ai roulé une tripe dans un slip

Le soleil s'Ă©tale sur un ventre nu,
les poivrons pourrissent dans un trou
Mon soleil bleu est disparu.
Dans la nuit traine l'odeur du surimi, 

Le soleil brille Ă  travers les tripes,
Mon absolu a tombé dans un trou,
Les rayons blues tuent les merdeux
Les vieux poivrons sont jaloux, 

Le soleil se cache derrière une tripe,
Je parle avec un poivron cocu
Nue, je bronze sous un soleil bleu,
Je farcis des poivrons crus

Je reste debout sous la lumière bleue 
les matins je traine comme un boudin
Mon absolu n'existe plus,
le soleil bleu guérit de tout 

Il faut se dépêcher pour aller au marché
Le souvenir a toujours été privé de modernité.
Les bibelots sont très idiots
Les gosses sont des produits intestinaux

Comme une Tripe
6 sept 2015

Je vagabonde comme une mèche blonde
les petits cons bandent, je suis une légende
Je suis un bijou toc et je m'en moque 
Il pleut des araignées dans un atelier
 
Ma tête a tombé dans le café
Je chevauche mon tare dans la constellation leopard 
Un petit con insulte dans les blés, 
Les mères promènent leur larves pépères 

Un oiseau insulté a tombé sur le parquet
Je voyage sans ticket ;
Les kikis font pipi dans la nuit
Je suis fine comme une moustache latine, 

Je suis Madame Tout ; 
Je lis Ă  mon cul,
Je marche dans la blondeur,
jaune comme le beurre
 
Dans les bras de mon désarroi,
je pense au fois gras,
Je marche sur le dos des rats
gros comme des chats,

Je traine dans la boue mon genou mou,
Les intestins voyagent dans un train,
Je garde ma vedette dans une pochette
les flamants verts tombent dans le désert 

J'assume mes envie de me réveiller midi
j'ai craché sur la tête d'une araignée
Je bénie les insensés 
qui fument dans la gueule de leur bébés.

Coco Jumbo

14 aout 2015

J'ai brulé ma tête avec une allumette,
Coco Jumbo, J'ai une machine 
d'inspiration divine.
Un squelette vit dans mes toilettes 

Un mioche postume
naquit de mon amertume;
Au nom du Christ,
Jumbo est un nihiliste

Mal aimés les cochons 
s'endorment déprimés
Coco jumbo. Je suis une icĂ´ne
portée par des faunes;
 
J'ai trouvé des poux sur mon doudou
Je cherchais mon absolu partout,
Coco aime le mythe de banana split
Le bonheur des culs me tue

Grosses comme des citrouilles,
Les cochons brandissent leur couilles
J'ai mis une bâche sur l'amour vache
Coco jumbo, je suis cache.

Je regarde mon nombril,
Je suis un soleil de Brésil
Dieu bénnie mes envies
J'ai jeté des pierres sur ma galère ;

Coco, je me sens tragique 
comme un vieux chiffon merdique
Je me gratte la langue,
Coco Jumbo c'est un dingue

On se cache Ă  l'abri,
dans une putasserie
Coco et moi, nous cherchons des vices 
dans les Ă©crevisses.

Bonbon sale

18/07/2015

J'ai une rivale,
sa tĂŞte est un bonbon sale,
Mon leopard a toujours la dalle
Les biches épouvantées me font chier

Je me suis fais mal,
car j'ai marché sur un bonbon sale
je cache mon tare 
avec une tache de leopard 

Je voyage,
le paysage jeté dans le visage
Je me promène nue comme un cul;
Cacher des bonbons dans un trou

C'est honteux.
Il y a des taches de leopard que j'ai perdu,
J'ai chevauché une biche épouvantée,
Les bonbons sales ont des tĂŞtes pales

Se sentir perdu, 
comme un bonbon sale dans la rue ;
Je suis jalouse comme un pou,
Les léopards tombent souvent amoureux

Ma rivale a un goût sale
Je me promène dans la forêt
avec une plais sur le nez
J'ai tué une biche épouvantée.

Cinq euros les trois ragots

Le 18 février 2015 

A la fin du monde 
les voyous ont des perruques blondes;
Je suis un soleil. Vert clair,
dans une usine nucléaire
 
Un voyou a trouvé du charme
dans un jambon de Parme ;
Je bois mon café ;
Chicoré, goût ringard de café.

Je lave les espoirs
dans l'eau noire ; 
Un voyou se sent unique,
nu sur un pique-nique

L'envie de faire chier
se promène dans la forêt,
Je vends dans le métro, 
cinq euros les trois ragots

Les voyous ont les yeux violets
et les tĂŞtes remplies de ris au lait
J'appuis sur un bouton
et j'arrĂŞte le soleil Ă  la con

Les voyous sucent les oreillers 
en lisant l'horoscope ;
J'aime caresser les taupes,
lorsque elles sont myopes

J'ai enterrée une carotte noire
sous les cries des gyrophares 
Oh mon Dieu, 
j'ai trouvé un pou dans mon sérieux !

LE PETIT POUCET

Août 2104

Le Petit Poucet dansait nu sous mon canapé, 
Le Petit Poucet est un gogo danseur expérimenté ; 
Les papillons aboyaient sur une plage qui brûlait,
Le Petit Poucet se branlait derrière un palmier 

J'ai appelé la Police car le Poucet avait des vices ;
Les crustacés trainent, 
comme des chaussettes troués ;
Le Petit Poucet léchait des mots assassinés ;

Le Petit Poucet versait un jus de coeur,
dans un soli fleur ;
Au casino il faisait chaud
comme dans un film porno

Le Petit Poucet bronzait, 
à coté d'une poupée gonflée ;
Le Poucet était pathétique comme 
Un bonbon merdique.

Le Petit Pucet sautait,
Comme une puce dans une trousse ;
Le Petit Poucet Ă©tait discret,
comme le sexe d'un jouet ;

Le Petit Poucet m'a apporté la guigne,
Comme une recette de cuisine ;
J'ai mis mes talons pour jouer au ballon,
Le Poucet Ă©tait un con aux yeux ronds ;

Le Petit Poucet frappait un steak haché congelé ;
Les moustiques piquait ma bouée.
Un soleil vert fondait dans la mer,
Petit Poucet était un ver pépère ;

Le Petit Poucet se tapait des méduses
car elles Ă©tait douces comme les excuses ;
Il me disait salut,
Je luis disait mets ça dans ton cul. 

Le Petit Poucet se cachait dans un trou ;
Je désirais le corps velu d'un loup ;
Le Petit Poucet était doué pour faire chier, 
je l'ai grignoté comme une fricassé

Miracle

Les schnocks pissent dans une piscine gonflable
au bout de mon angoisse hivernale
J’ai envie d’un miracle
grand comme un déchet paranormal

J’accroche mon sourire aux oreilles
afin de faire la bonne figure
j’injure la norme en forme
d’un gros boudin strasbourgeois

Je nage dans ma piscine gonflable
j’aime la neige jaune comme de la pisse
j’ai envie d’un truc tout lisse, d’une surprise
ou d’une tarte gonflée à la cerise

J’ai une fabrique de faux espoirs,
pour faire chier les gens normaux
Je les Ă©touffe dans une chemise noire
au nom de ma gloire

Je veux un miracle en forme
d’un mail miraculeux, une lettre claire
remplie d’éloges ou un groupe
des patatoufs qui roule par terre

J’ai tiré un schnock par ses vieilles oreilles
et j’ai roulé mes bras autour son cou
je l’ai assassiné et je me suis sentie o’kay
ravie de son décès miraculeux.

Venus Plastique, roman aux éditions Thélès, 2008
"Un jour, l'Homme à la tète en flammes se promenait dans son jardin. Son corps noir était rempli de pensées collantes. Sur une rose il y avait un papillon. Ses yeux vers contemplaient le feu agité qu'il avait en guise de visage. L'homme a tendu ses bras. il a attrapé l'insecte dans le creux de ses mains. Au début, le papillon était hypnotisé par le soleil. Puis le noir de la caresse lui a fait tourner la têté. L'homme a la tête en flammes a couru jusque sa maison. Vite, il a trouvé un gros diamant avec un trou. Doucement il a mis le papillon dedans. Il a appelé son prisonnier Cœur. Cœur n'a jamais eu maison. Maintenant il avait une maison glamour..." 
Denitsa ILCHEVA